Dr. Robert Jacobs Explains The Meltdowns At Fukushima

fukuleaks.org/web member, Dr. Robert Jacobs of the Hiroshima Peace Institute addressed an audience in Kazakhstan to explain the meltdowns at Fukushima Daiichi and the damage known to have happened before the tsunami. (text transcript below)
Version of this video with French subtitles available here http://www.youtube.com/user/kna60
French transcript below after the English transcript.

Transcript:

Good afternoon. My name is Robert Jacobs and I am a historian at the Hiroshima Peace Institute, speaking to you from Hiroshima, Japan. I am honored to be able to share my views with you at this esteemed round table. I thank the organizers for inviting my comments, and all of you for attending.

I will be talking today about the meltdowns and massive releases of radiation that happened here in Japan last year at Fukushima after the devastating earthquake. Specifically I will be speaking about whether the nuclear crisis was caused by the tsunami, as is claimed, or by the earthquake that preceded the tsunami. First, I will briefly review the crisis.

On March 11, 2011 at 2:46 in the afternoon, a 9.0 earthquake struck about 70 km offshore of Northern Japan. The earthquake shook violently for over five minutes. Buildings in Tokyo, 373 km away rocked badly, and oil refineries in the Tokyo suburbs caught fire. It was the largest recorded earthquake in Japanese history, and one of the five largest earthquakes since the beginning of earthquake record keeping began.

At 3:35, 49 minutes later, a 14 meter tsunami wave hit the Fukushima nuclear complex, flooding over the seawalls and inundating nuclear plant units 1, 2, 3, & 4.

These two events, the earthquake and the tsunami, substantially exceeded safety design assumptions for the nuclear power plants. They had been designed to withstand an earthquake of 8.2, and had a seawall built to withstand a tsunami of 5.7 meters. The earthquake that struck on 3/11 was eight times larger than design assumptions, and the tsunami was more than twice as high as the design assumptions. The plant designers had assumed that they built the plant to withstand any earthquake and tsunami that was likely for over a thousand years. These assumptions were wrong.

Fukushima units 1, 2, & 3 were operating at the time of the earthquake. Unit #4 was shut down for routine maintenance and refueling. The three operating plants all experienced total meltdown of their nuclear fuel. Unit 4 lost cooling to its large pool of spent fuel rods, and this fuel experienced significant melting as well. All four plants experienced explosions that dispersed radioactive material into the ocean, but also across large areas of Northern Japan, including many parts of Tokyo.

TEPCO, the company that runs the plants, and the government of Japan denied that there had been any meltdowns at Fukushima for over two months, even though they knew for certain that there had been meltdowns during the first week of the crisis. They deliberately lied for months. This increased the exposures to tens of thousands of local residents. Both TEPCO and the GOJ lied repeatedly about many aspects of the crisis. However, after finally publicly admitting to the meltdowns, one claim that they made, and have been repeating since March 11, is that the meltdowns were caused by the tsunami and not by the earthquake. They claim that the plants all shut down safely, exactly as designed, and only when the tsunami flooded the backup generators, which cut off electrical power, did the plants loose cooling, and start to meltdown. Since we know that TEPCO and the GOJ lied for months about the meltdowns and other aspects of the crisis, the question I ask you is: should we believe their claim that the tsunami and not the earthquake is the sole cause of the meltdowns? Lets look at some of the evidence that has come to light that shows that there was substantial damage to the plants, specifically unit 1, from the earthquake, and that large releases of radiation had already begun, before the tsunami hit.

David McNeil and Jake Adelstein interviewed several TEPCO workers who were at the plants when the earthquake and tsunami both hit. They spoke on conditions of anonymity since they still worked for TEPCO at the time. One worker told them: “I personally saw pipes that came apart and I assume that there were many more that had been broken throughout the plant. There’s no doubt that the earthquake did a lot of damage inside the plant.There were definitely leaking pipes…I also saw that part of the wall of the turbine building for Unit 1 had come away. That crack might have affected the
reactor.”

Another worker told them: “the first impact (of the earthquake) was so intense you could see the building shaking, the pipes buckling, and within minutes I saw pipes bursting. Some fell off the wall. Others snapped.” The workers were ordered to evacuate the plant, but, says this second worker, “I was severely alarmed because as I was leaving…I could see that several pipes had cracked open, including what I believed were cold water supply pipes. That would mean that the coolant couldn’t get to the reactor core. If you can’t sufficiently get the coolant to the core, it melts down.” He told them that as he was headed to his car he could see the walls of the unit 1 building had already started to collapse. He said, “There were holes in them. In the first few minutes.”

Another worker reported that, quote: “I was in a building nearby when the earthquake shook. After the second shockwave hit, I heard a loud explosion that was almost deafening. I looked out the window and I could see white smoke coming from reactor one. I thought to myself, ‘this is the end.’”

Katsunobu Onda, author of the 2007 book, TEPCO: The Dark Empire, notes that, quote: “nuclear reactors are only as strong as their weakest links, and those links are the pipes…The pipes, which regulate the heat of the reactor and carry coolant, are the veins and arteries of a nuclear power plant; the core is the heart. If the pipes burst, vital components don’t reach the heart and thus you have a heart attack, in nuclear terms:
meltdown.”

Once the meltdowns were publicly admitted, and many outside observers knew there had been meltdowns during the first week, but once they were publicly admitted by TEPCO, the company released some documents showing readings from the plant during the first week. Among the data contained in these documents was the reading of one of the only functioning radiation monitors at the site. It showed that a radiation alarm went off at a distance of 1.5 km away from Unit 1 at 3:29. This was more than five minutes before the tsunami flooded the plants.

Nuclear plant designer Mitsuhiko Tanaka describes what occurred on March 11th as a “loss of coolant” accident. Tanaka says: “The data that TEPCO has made public shows a huge loss of coolant within the first few hours of the earthquake. It can’t be accounted for by the loss of electrical power. There was already so much damage to the coolant system that a meltdown was inevitable long before the tsunami came.” Tanaka cites evidence in TEPCO’s own data that within minutes of the earthquake two emergency coolant systems of Unit 1 started up, and that the water sprayer inside of the reactor vessel of Unit 1 turned on. Tanaka advises that, “This only happens when there is a loss of coolant.”

So why, with this evidence clearly available, does TEPCO, the Government of Japan, and the nuclear power industry worldwide maintain that it was the tsunami and not the earthquake that caused the meltdown of Unit 1? Because if they admit that the earthquake caused Unit 1 to meltdown, then all of the nuclear power plants in Japan, and also in many other parts of the world, would have to be shut down. Many of these plants sit in dangerous earthquake zones. They are allowed to operate because their owners assure governments, and the public, that it is impossible for a large earthquake to cause a meltdown. They have to insist that the Fukushima crisis was caused by the tsunami and not by the earthquake. They have to make these claims to protect their investments, even if the result is to expose millions around the world to the dangers of nuclear meltdowns. So, even as TEPCO finally admitted that there were indeed meltdowns at Fukushima, it shifted its very large public relations efforts to maintaining the lie that those meltdowns were not caused by the massive earthquake.

I tell you today, there is no reason to believe this claim by TEPCO. It is another lie.

Thank you.

French Transcript:

Texte de Jacobs pour la table ronde à Astana,

Bonjour. Mon nom est Robert Jacobs et je suis historien à l’Institut pour la Paix de l’Université
d’Hiroshima (Hiroshima Peace Institute), je vous parle d’Hiroshima, au Japon. Je suis honoré d’être
en mesure de partager mes opinions avec vous à cette table ronde très appréciée. Je remercie les
organisateurs de m’avoir invité à apporter mes commentaires, et vous tous d’être à l’écoute.

Je vais vous parler aujourd’hui de la fusion des cœurs des réacteurs et des émissions massives de
rayonnement qui qui se sont produites ici au Japon l’an dernier à Fukushima, après le tremblement
de terre dévastateur. Plus précisément, je vais vous parler de savoir si la crise nucléaire a été causée
par le tsunami, comme on le prétend, ou par le tremblement de terre qui a précédé le tsunami. Tout
d’abord, je vais brièvement passer en revue cette crise.

Le 11 Mars 2011 à 14h46, un tremblement de terre de magnitude 9,0 a frappé à environ 70 km au
large des côtes du nord du Japon. Le tremblement de terre a produit de violentes secousses pendant
plus de cinq minutes. Les bâtiments à Tokyo, à 373 km de là ont été sévèrement ébranlés, et les
raffineries de pétrole dans la banlieue de Tokyo ont pris feu. C’était le plus fort tremblement de
terre enregistré dans l’histoire du Japon, et l’un des cinq plus grands séismes depuis le début de
l’enregistrement des événements sismiques.

À 15h35, 49 minutes plus tard, la vague de 14 mètres d’un tsunami a frappé le complexe nucléaire
de Fukushima, submergeant les digues et innondant les unités 1, 2, 3 & 4.

Ces deux événements, le tremblement de terre et le tsunami, ont largement dépassé les hypothèses
retenues en terme de sécurité lors de la conception des centrales nucléaires. Elles ont été conçues
pour résister à un séisme de 8,2, et la digue a été construite pour résister à un tsunami de 5,7 mètres.
Le tremblement de terre qui a frappé le 11/03 était huit fois plus grand que les hypothèses de
calcul à la conception, et le tsunami a été plus de deux fois plus élevé que les hypothèses lors de
la conception. Les concepteurs du complexe ont supposé qu’ils construisaient les centrales comme
pouvant résister à tout tremblement de terre et à tout tsunami pouvant subvenir pendant plus de
mille ans. Ces hypothèses étaient fausses.

Les unités 1, 2 & 3 étaient en exploitation au moment du séisme. L’unité 4 était arrêtée pour une
opération de maintenance et rechargement du combustible. Ces trois unités en production ont
toutes connu une fusion complète de leur combustible nucléaire. L’unité 4 a également perdu le
refroidissement de sa piscine à combustible usagé, et ce combustible a également connu une fusion
significative. Les 4 unités ont subi des explosions qui ont dispersé des matières radioactives dans
l’océan, mais aussi à travers de larges zones du Nord du Japon, y compris de nombreuses parties de
Tokyo.

TEPCO, la société qui gère les centrales, et le gouvernement du Japon ont nié qu’il y avait eu fusion
des cœurs à Fukushima pendant plus de deux mois, même s’ils ont su avec certitude qu’il y avait
eu fusion durant la première semaine de la crise. Ils ont délibérément menti <pause> pendant des
mois. Cela a augmenté l’exposition de dizaines de milliers de résidents locaux. Aussi bien TEPCO
que le gouvernement Japonais ont menti à plusieurs reprises sur de nombreux aspects de la crise.
Cependant, après avoir enfin reconnu publiquement les fusions, l’une des choses qu’ils ont prétendu,
et qu’ils ont répété depuis le 11 Mars, c’est que les fusions ont été causées par le tsunami et non
par le tremblement de terre. Ils affirment que les réacteurs se sont tous arrêté en toute sécurité,
exactement comme prévu, et seulement lorsque le tsunami a inondé les générateurs de secours,
ce qui a interrompu l’alimentation électrique, les réacteurs ont perdu leur refroidissement, et on
commencé à entrer en fusion. Puisque nous savons que TEPCO et le gouvernement Japonais ont
menti pendant des mois au sujet de la fusion et d’autres aspects de la crise, la question que je vous
pose est : faut-il croire leur affirmation selon laquelle le tsunami, et non pas le tremblement de terre,
est la seule cause des fusions des cœurs ? Regardons quelques-uns des éléments de preuve qui sont
parvenus à la lumière et qui montrent qu’il y a eu des dommages importants causés aux centrales, en
particulier à l’unité 1, par le tremblement de terre, et que d’importants rejets radioactifs avaient déjà
commencé, avant que le tsunami ne frappe.

David McNeil et Jake Adelstein ont interrogé plusieurs travailleurs de TEPCO qui étaient à la
centrale quand elle a été touchée par le séisme et le tsunami. Ils ont parlé à conditio nde rester
anonymes, car ils travaillaient toujours pour TEPCO à l’époque. Un travailleur leur a dit: “J’ai
personnellement vu des tuyaux disloqués et je suppose qu’il y en avait beaucoup d’autres qui avaient
été brisés dans toute la centrale. Il ne fait aucun doute que le tremblement de terre a fait beaucoup
de dégâts à l’intérieur de la centrale. Il y avait définitivement des fuites dans les tuyaux … J’ai vu
aussi qu’un partie du mur du bâtiment turbine de la tranche 1 était parti. Cette cassure pourrait avoir
affecté le réacteur.”

Un autre travailleur leur a dit: «le premier impact (du séisme) était si intense que vous pouviez
voir les bâtiments trembler, les tuyaux se tordre, et en quelques minutes, j’ai vu des tuyaux éclater.
Certains autres sont tombés du mur. D’autres ont cassé.” Les travailleurs ont reçu l’ordre d’évacuer
la centrale, mais ce deuxième travailleur dit “J’étais très inquiet car alors que je partais, j’ai pu
constater que plusieurs tuyaux étaient éventrés, y compris ce que je pensais être les conduites
d’alimentation en eau froide. Cela voulait dire que le liquide de refroidissement ne pouvait pas
parvenir jusqu’au cœur du réacteur. Si vous ne pouvez pas suffisamment refroidir le cœur, il fond.”
Il leur a dit que, comme il se dirigeait vers sa voiture, il pouvait voir que les murs du bâtiment de
l’unité 1 avait déjà commencé à s’effondrer. Il a dit, “Il y avait des trous dedans. Dès les toutes
premières minutes.”

Un autre travailleur a raporté, je cite : “J’étais dans un bâtiment voisin quand le tremblement de terre
a frappé. Après la deuxième onde de choc, j’ai entendu une forte explosion qui était pratiquement
assourdissante. J’ai regardé par la fenêtre et je pouvais voir de la fumée blanche sortant du réacteur
1. J’ai pensé en moi-même, “c’est la fin.”

Katsunobu Onda, auteur en 2007 du livre “TEPCO : Le Sombre Empire” (TEPCO: The Dark
Empire), fait remarquer que, je cite : “Les réacteurs nucléaires ne sont pas plus résistants que leurs
maillons les plus faibles, et ces maillons, ce sont les tuyaux … Les conduites, qui régulent la chaleur
du réacteur et acheminent le liquide de refroidissement, sont les veines et les artères d’une centrale
nucléaire, le noyau en est le cœur. Si les tuyaux éclatent, des composantes vitales n’atteignent pas le
cœur et donc vous avez une crise cardiaque, en termes nucléaires : une fusion du cœur.” dit Onda.

Une fois que les fusions ont été publiquement admises, et de nombreux observateurs extérieurs
savaient qu’il y avait eu fusion durant la première semaine, mais une fois qu’elles ont été admises
publiquement par TEPCO, la société a publié quelques documents montrant des mesures dans la
centrale pendant la première semaine. Parmi les données contenues dans ces documents, il y avait
les mesures prises par de l’un des seuls moniteurs de radioactivité fonctionnels sur le site. Elles ont
montré qu’une alarme de niveau de radioactivité s’est déclenchée à une distance de 1,5 km de l’unité
1 à 15h29. C’était plus de cinq minutes avant que le tsunami n’ait inondé la centrale.

L’ingénieur nucléaire Mitsuhiko Tanaka décrit ce qui s’est passé le 11 Mars comme un accident
de “perte de refroidissement”. Tanaka dit, je cite : “Les données que TEPCO a rendu publiques font
état d’une énorme perte de refroidissement dans les premières heures suivant le séisme. Cela ne peut
pas être imputé à la perte d’alimentation électrique. Il y avait déjà tellement de dommages au circuit
de refroidissement qu’une fusion était inévitable bien avant que le tsunami n’arrive.” Tanaka cite
pour preuve dans les propres données de TEPCO que quelques minutes après le tremblement de
terre, deux systèmes de refroidissement d’urgence de l’unité 1 ont démarré, et que le pulvérisateur
d’eau à l’intérieur de la cuve du réacteur de l’unité 1 s’est activé. Tanaka indique que, je cite :
“Cela se produit seulement quand il y a une perte de refroidissement.”

Alors pourquoi, avec cette preuve clairement établie, est-ce que TEPCO, le gouvernement du Japon,
et l’industrie nucléaire mondiale maintiennent que c’est le tsunami et non le tremblement de terre
qui a causé la fusion de l’unité 1 ? Parce que s’ils admettent que le séisme a provoqué la fusion de
l’unité 1, alors toutes les centrales nucléaires au Japon, et aussi dans de nombreuses autres parties
du monde, devraient être arrêtées. Beaucoup de ces centrales sont situées dans les zones de failles
sismiques dangereuses. Elles sont autorisées à fonctionner car leur propriétaires ont assuré aux
gouvernements, et au grand public, qu’il est impossible pour un grand tremblement de terre de
provoquer la fusion d’un réacteur. Ils doivent insister sur le fait que la crise de Fukushima a été
causée par le tsunami et non par le tremblement de terre. Ils doivent affirmer cela pour protéger
leurs investissements, même si le résultat est d’exposer des millions de gens à travers le monde
aux dangers de fusions nucléaires. Ainsi, alors même que TEPCO a finalement admis qu’il y avait
effectivement eu fusions à Fukushima, il a réorienté ses énormes efforts de relations publiques pour
maintenir le mensonge selon lequel ces fusions n’ont pas été causées par l’énorme séisme.

Je vous le dis aujourd’hui, il n’y a aucune raison de croire cette affirmation de TEPCO. C’est un
nouveau mensonge.

Merci beaucoup.

This article would not be possible without the extensive efforts of the SimplyInfo research team
Join the conversation at chat.simplyinfo.org

© 2011-2016 SimplyInfo.org, Fukuleaks.org All Rights Reserved Content cited, quoted etc. from other sources is under the respective rights of that content owner. If you are viewing this page on any website other than www.simplyinfo.org (or www.fukuleaks.org) it may be plagiarized, please let us know. If you wish to reproduce any of our content in full or in more than a phrase or quote, please contact us first to obtain permission.

Nancy Foust

Editor, SimplyInfo.org

Leave a Reply